Project Description

Le Courrier du 28 aout 2015 -1

L’article de Rachad Armanios  publié sur Le Courrier du 28 aout 2015 -1 est disponible en suivant ce lien.

L’église protestante s’offre une nouvelle jeunesse.

GENEVE • Constatant que son offre répond mal aux aspirations des 18-39 ans, l’institution réformée les invite à faire leur propre Eglise. Bientôt un café-temple à Genève?

Vieillissante l’Église protestante de Genève ? Elle compte en tout cas s’offrir une nouvelle jeunesse en permettant aux 18-39 ans de s’y sentir plus à l’aise. Mieux, elle leur propose de façonner eux-mêmes leur propre Eglise.

Dites Make your church en langage « branché » C’est-à-dire ? Le constat est que les jeunes adultes ont soif de spiritualité, mais peinent à se retrouver dans l’offre existante de l’Église protestante. „Le culte du dimanche, avec son rythme et son langage, ne leur convient pas forcément. Les facultés de théologie ont formé des pasteurs académiciens, alors que les nouvelles générations à qui ils s’adressent ne se contentent plus qu’on leur transmette nos vérités. Elles aspirent donc à des espaces qui leur correspondent, où pouvoir discuter du sens de la vie“, explique la pasteure Carolina Costa.

Elle-même trentenaire, elle a été chargée cet été avec son collègue Nicolas Lüthi de mettre sur pied des projets destinés aux 18-39 ans et ouverts sur la cité. La tâche correspond au souci d’innovation né fin 2012, quand l’Eglise a mis sur pied son plan d’austérité (lire ci-dessous). Obligée de réduire la voilure, elle comptait alors mieux définir ses priorités. L’idée, en arrière-plan, est donc bien de freiner l’érosion des fidèles. Mais pour Mme Costa, ce n’est là que le fruit de l’objectif principal: mieux répondre au public jeune.

Le principe est donc de partir de leurs propres envies et propositions. Ainsi, devant le Consistoire, le parlement de l’Eglise, quelques étudiants ont fait part de leur rêve de créer un «café-church» dans le temple de Plainpalais, pour s’y rassembler, vivre des célébrations, des conférences, des concerts, des brunchs… Un café-église ouvert à tout public, à l’image des librairies qui servent à boire et à manger. Y trouvera-t-on de l’alcool? «Bien sûr», rigole Mme Costa. Des distributeurs de préservatifs? «Pourquoi pas, il faut vivre avec son temps.»

Mais le café-église n’est encore qu’un objectif. Il sera précédé par «Le Lab», pour laboratoire, un groupe de rencontre dans la chapelle du temple, proposant des temps d’échange et d’initiation à la vie spirituelle.

La Suite de l’article sur Le Courrier du 28 aout 2015 -1 est disponible en suivant ce lien.